Déléridistrib 6 ème jour

Ce matin, nous avons repris la route avec un sentiment un peu étrange, indéfinissable, un peu un état second, pour la dernière école, la plus proche de Paksé au km 24.
On l’a pas encore expliqué jusqu’à maintenant, mais ici le repérage le long de la route 13 (entre autres) est assez simple:
Chaque village porte le nom de sa position kilométrique le long de la route. Chacun s’appelle « Ban Lak XX », par exemple Ban Lak sao si = Village du km 24, Ban Lak Siisip = village du km 40 (Si pour 4 sip pour les dizaines).
Et dans chaque village une école. Les écoliers portent tous une blouse, chère à Nougaro (pardon…, la fatigue), avec une étiquette mentionnant la même chose pour l’école: Ban Lak 24 pour celle de ce matin. Capito? bieeeeen….on peut passer à la suite 🙂
Dernière distribution donc dans une école de 160 élèves bien habituée à voir passer C-Laos, état et condition plutôt dans le haut du panier, le directeur a vaguement évoqué le passage l’an dernier d’un blanc trés dégarni avec un air débonnaire et un sourire béat, toute ressemblance avec une personne existante, de C-Laos en particulier, étant évidemment purement fortuite, comme quoi le hasard…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Opération terminée vers 11h15, en traînant un peu, parce qu’on aura pas l’occasion de refaire ça de sitôt, nous en profitons pour aller nous baigner dans la rivière trés proche sur les conseils de Jean-Christophe un Français trés sympa installé à Paksé depuis 7 ans, qui tient « La terrasse » pas loin du Guesthouse, et chez qui nous finissons toutes nos journées à la Laobeer. Une bonne vingtaine de gamins nous rejoignent vite en mode école buissonière, et tout le monde se baque dans la joie, les cascades, et la bonne humeur. La température de l’eau n’est pas loin de 30°, mais ça rafraîchit quand même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous rentrons à Paksé vers 13h30, après s’être arrêtés dans un gros magasin, genre Leroy Merlin, mais qui vend aussi des fournitures scolaires, de la bouffe, et des télés, bref de tout.
Pourquoi? Parce qu’ils vendent des crayons de couleur en bois d’arbre, et on préfère ça à ceux en plastique de pétrole (oui, je sais, il y a longtemps c’était aussi des arbres, mais c’est pas une raison!) dans des petits paquets avec un taille crayon offert.
A discuter pour les missions à venir Mister président 😉
Comme il nous reste plein de brouzouf, on va aller tout crâmer en boite ce soir.
A moins qu’on ne fasse un kit complet de distribution pour l’école des soeurs de Paksé qui gère une cinquantaine de gamins en situation précaire allant de maternelle à la primaire et quelques adolescents dans la même situation, et qu’on transmette tout ça à Marion (voir le post de lundi 04 mars) qui leur distribuera la semaine prochaine.
De toutes façons, on sait pas où est la discothèque, et perso, j’aime pas le karaoké.
Voilà, fin de l’histoire, jeudi nous entamons notre long périple de retour, un premier bus de 4h pour revenir en Thaïlande à Ubon Ratchatani, puis vendredi avion Ubon-Bangkok, puis Singapour, Londres, et enfin Toulouse samedi soir vers 22h.
Plein d’images, de souvenirs, de sourires et éclats de rires, de regards, de poussière, sacs plastiques, pirogues, papaye, chaleur et sueur, vaches maigres, scooters, milliers de cahiers, stylos, crayons, gommes, règles, dizaines de ballons et cerceaux, noix de coco, cascades, …….dans la tête, expérience évidemment inoubliable, à faire indéniablement au moins une fois dans sa vie. Merci à ceux qui nous ont suivi, merci encore à Philou, Ingrid, Alain, et tout le Top Management de C-Laos ainsi que tous les adhérents que nous espérons de plus en plus nombreux.
Grosses bises!
Publicités

le Deliweekend et la Déléridistrib 5eme jours

On a passé le wkd sur le plateau des Bolaven, une nuit dans un guesthouse très nature à Tad Lô un petit repère babacool, avec comme d’hab un max de Frenchies. En fait on a retrouvé plusieurs personnes déjà croisées à l’apéro, et à Paksé, et on s’est plus ou moins suivi dans la visite du coin pendant les deux jours. Tad Lô, c’est super sympa, un petit village blotti contre une série de chutes d’eau pas énormes mais très belles. C’est juste devenu crade comme partout ailleurs. Dimanche, certaines familles qui étaient venues pique niquer avec le set complet de vaisselle de table et autres accessoires plastiques, ont tout laissé sur place en partant, à un mètre du cours d’eau. Classe. C’est con, je venais de ramasser à peu près l’équivalent (c’est pratique, on trouve sur place les déchets et les poches plastique pour les ramasser) lors de notre ballade autour des chutes pour le mettre à la poubelle. 0-0 entre le Dels et la famille Laotienne…c’est la rivière qui sort perdante. Après on a vu un gros carton sur la route du retour, un scoot contre un pickup, de face, 1-0 pour Toyota, mais franchement si vous y allez, interdisez vous le 2 roues. Leur conduite, c’est sans règle artificielle (humaine), sans complément ajouté, tout se passe de façon très fluide selon une loi naturelle qui reste à étudier je pense : ils ne changent jamais de vitesse (ni de rapport : ils sont capables de rouler à 20km en 4e),

ce qui fait que par exemple : si A va plus vite que B, alors A est amené à doubler B Si pendant ce temps B rattrape C, alors il le double aussi. Donc A se décale un peu plus pour continuer à doubler (par contre, à aucun moment, il ne va freiner)Le pb, c’est qu’en fasse D (disons un pick up) se décale pour contourner E (disons une vache qui broute le goudron, parce que l’herbe est cramée à côté)Pour ceux qui ont suivi, c’est là que survient le drame (juste à la sortie d’un virage, petite référence musicale française du début des années 80) : D et A se retrouvent face à face. Avec un peu de chance, A se décaler encore un peu plus, et y a de la vache à manger pour tout le monde ce soir. Sinon…

Bref, ça craint vraiment. Ici c’est plusieurs accidents par jour, plusieurs morts par semaine. Mais c’est pas grave, apparemment ça ne semble pas choquer grand monde. Des familles de 5 sans casque sur un seul scooter…On est donc rentrés sains et saufs, après avoir vu 4 ou 5 cascades (d’eau cette fois) toutes plus belles les unes que les autres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En arrivant sur Paksé, énorme surprise, un truc de dingue : Une horde d’éboueurs en furie a nettoyé la rue principale et quelques autres avec une efficacité incroyable. On est passé samedi matin d’un état de quasi décharge à une ville (partiellement) très propre. Hallucinant. Un côté très positif (le fait qu’il y ait une conscience de la pollution extrême de la ville, et qu’ils s’y attaquent parfois de façon très efficace), un autre assez frustrant pour moi : le fait qu’ils ne soient pas capables de prévenir ça, de juste mettre leurs déchets dans des poubelles fermées, pour vivre dans un endroit propre et pas avoir à passer les wkds à le nettoyer. Arrivés au guesthouse, bilan du matos restant, préparation des deux écoles de lundi, liste du reste à acheter pour la dernière école, la N°1 laissée en suspens.

Lundi matin : Rdv 8h30 au guesthouse pour charger le pickup, direction l’école 10 sur l’ile Dong Daeng, chez Mrs Dam qui doit nous organiser le trip et venir avec nous. Malheureusement, coup de fil de dernière minute, elle a passé une partie de la nuit à l’hôpital avec sa fille, elle ne nous accompagne finalement pas. Nous embarquons vers 11h sur une cata-pirogue (voir photos) avec le matos pour 90 enfants. C’est le frère de Mrs Dam qui nous prend en charge à partir de là.  Arrivés sur l’île, changement de monture, nous rechargeons sur un splendide motoculteur pour lequel une remorque sommaire a remplacé la charrue,  pour parcourir environ 2,5 km à la vitesse supersonique de 8km/h . Ensemble du trajet très sympa, pas mal de gens rencontrés, des petits et des grands qui nous aident à décharger, recharger, redécharger, rerecharger, etc..

Arrivée à l’école vers 12h, et comme d’hab dans un pareil cas, nous partageons le repas des profs. Menu assez classique, à base de papaille en salade (muy spicy), bouillon de poulet, riz collant, et des sortes de petits poids ou haricots en grains je sais pas. L’école est très sommaire, du niveau des N° 4, 6 ou de celle du village de M. Noy aux 4000 iles. Distribution en début d’aprem, classique, devant un petit commerce ambulant de friandises et conneries en plastiques pour les gamins (WTF ?!? sur cette ile perdue ???). Trajet retour identique, nous repartons vers l’école 9 au km 44, avec un bref arrêt à l’école 7 pour complément de distribution aux absents lors de notre passage de vendredi dernier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’école 9 est de taille moyenne, 77 élèves en tout, pas pu prévenir avant d’arriver, nouveau N° de tel (comme dans la quasi-totalité des écoles traversées). Elles (3 profs) nous accueillent volontiers alors qu’elles sont en pleine classe. Les enfants sont très très (un très de plus que pour les autres) disciplinés et reconnaissants ici. 100% de kop chaï, des regards très profonds, un sentiment un peu plus fort que les 2 ou 3 dernières écoles. La distribution est assez rapide, et nous partageons ensuite un moment de jeux, où Mathilde s’aperçoit vite qu’elle a une bonne 10aine de divisions d’écart par rapport aux performeuses locales. Va falloir s’entrainer…Nous partons sous de très (très) chaleureuses et touchantes acclamations. C’est l’avant dernière école  que nous quittons, je commence à redouter la dernière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce soir, dernier point sur le reste matos et budget, puis discussion avec Marion pour voir ce qu’on peut faire au niveau de l’école des bonnes sœurs de paksé avec ce qui nous reste. Je ne sais plus si j’ai déjà présenté Marion, mais c’est une bénévole, infirmière de formation, 24 ans je crois, qui est là depuis 3 mois et pour encore 6 ou 7. Elle intervient pour une asso française qui parraine de enfants en difficulté (un parrain finance un ou plusieurs enfants, elle fait le relais opérationnel sur place).

Demain : matin école 1 après un rapide passage au shop pour achat des derniers cahiers…..et fin de la distribution ! Il nous restera 2 jours sur place, avec une visite du temple Wat Phou, et le reste du temps pour récupérer et rencontrer des village people. Un énorme merci à C-Laos pour nous avoir fait confiance et donné l’opportunité de cette expérience, qui nous aura marqué à jamais, chacun de nous 4.

Bises de la Dels Family.

La Déléridistrib 4ème jour et fin de la Délérisemaine du Délérishow

Vendredi 1er Mars matin, on partait un peu plus cool dans nos têtes, c’était sans compter une petite erreur de calcul qui allait changer tout le déroulement de la journée Départ vers 8h30 du guest house, direction école 3 où nous déposons des compléments, puis école 4 2km plus loin ou nous complétons également. Dans les deux cas ça va vite, nous avions préparé les kits avant.Puis arrivée à 10h30 à l’école 5, la plus grande de toutes, 191 élèves (1000 cahiers…). En déchargeant, nous nous apercevons vite que votre narrateur que je ne citerai pas s’est planté dans la préparation des cahiers. Je passe les détails, mais il en manque un peu pour l’école 5 et la totalité pour la 7 à faire dans l’après-midi. Mr Pon, repart à Paksé pour charger les cahiers manquants, pendant que nous préparons tout avec les profs, et faisons la distribution. Tout se passe nickel finalement. A 11h30, les gamins repartent chez eux, et les profs nous invitent à manger avec eux sous un petit abri à l’ombre. Une soupe de pâtes de riz avec du poulet…excellent.

Ensuite, nous attendons le retour progressif de tous les enfants, et en profitons pour échanger, jouer au foot, au ballon Thaï, Chloé leur montre comment écrire maman et papa avec un bâton par terre, bref un bon moment de partage improvisé (sans l’oubli des cahiers, Mr Pon serait resté et nous aurions tout bouclé à 11h30, et les aurions quitté avant le repas). A 14h, nous faisons le show habituel sur les déchets plastiques, et partons sous des au revoir chaleureux vers l’école 7.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après midi, L’école 7 est à 2-3 km environ à vol d’oiseau, mais par une piste défoncée, ça nous prend 30 min.75 élèves prévus, il y en a 102…dont 36 absents. Nous distribuons à tous les présents, mais devrons revenir en début de semaine prochaine pour le complément. Un peu bizarre cette école…102 élèves dont 15 maternelles, seulement 3 profs (un seul présent), et 36 gamins absents… Bref, en tout cas, les gamins et la seule prof présente (avec une petit de 18 mois dans les bras tout le temps (son petit fils ? elle doit avoir 55 ans…)) étaient comme d’habitude très chaleureux et heureux de nous voir, nous ont salués longtemps à notre départ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous finissons la semaine avec une énorme satisfaction, le sentiment d’avoir fait un gros travail, on est tous séchés, mais là …C’EST LE WEEK END  On va en profiiiiiiiiiteeeeeeer !!!!!! direction plateau des Bolovens pour deux jours. Semaine prochaine, on verra en fonction des fournitures restantes, potentiel de 3 écoles restantes, pas sûr qu’il nous reste assez vu les surplus qu’on a distribués jusqu’à maintenant…on fera l’inventaire dimanche soir ou lundi matin, il nous reste 3 jours pleins pour 3 écoles, ça y est… c’est les vacances !!!! Bises    

DELERIDISTRI 3ème jour à la frontière du Cambodge

Matin, Lever 5h45, chargement pick up, la bise matinale à Mr Noy qui vient nous chercher, et Mr Pon qui, comme toutes les nuits, dors sur le paillasson devant la porte, dans sa moustiquaire avec son ventilo. Direction les 4000 îles, 3,5heures de trajet au total, dont 100km de route N°13 au milieu des troupeaux de vaches, bœufs chinois, chèvres, chiens, poulets,…, une traversée du Mékong sur un bac du XIIe siècle environ, puis 22km de piste à travers la campagne laotienne comme on la voit dans les films : rizières, chapeaux pointus, cahutes en bois, plus ou moins délabrées. Le Mékong….c’est plus gros que la Garonne en fait. 4500 km de long, 15km (si) de large au maximum, environ 1,5 km là où nous avons traversé après un ptit dèj improvisé. Impressionnant. Pas le ptit dèj, le Mékong.

Arrivée à la première école vers 9h30, village de Nadi, rive droite du fleuve. 142 élèves au total. Ecole en plutôt bon état, plus propre que les précédentes, toujours des gens très accueillants, même un peu plus car dans ce coin reculé et pas touristique, ils ne voient pas souvent de touristes. Toujours les mêmes sourires, on va finir pas s’en lasser (non, je déconne), les Sabaidee et kop chaï mains jointes, et dos courbé. Ils nous attendent clairement l’année prochaine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous partons vers 11h30 pour rejoindre le village natal de M. Noy, a 2km à vol d’oiseau, mais sur une île. Il gare le pickup devant la maison familiale. C’est rustique. Chat grabataire, canetons, poulets, chiens, oncles, tantes, sœurs et cousins cohabitent sous le même toit. Avec une TV, un tapis, et un buffet.

Nous chargeons la barque / pirogue en contre bas et traversons une partie du Mékong pour accoster de l’autre côté de l’île. Magique. Tout le monde nous attend avec impatience : il parait qu’ils n’ont jamais vu un occidental, à part à la télé, et nous en février, on est pas super bronzés. Très petite école, 40 élèves en tout, 2 profs. Ca doit être l’école la plus démunie que nous avons traversée depuis le début. Construite par les villageois eux-mêmes, car le gouvernement a jugé qu’il n’y avait pas assez d’élèves. Bizarreries protocolaires, ils nous font prendre des photos du genre signatures d’un traité international entre 2 présidents : poignées de mains et sourires figés devant le feu des photos de portables. Ils nous descendent une noix de coco pour chacun, des arbres qui longent le Mékong juste devant l’école. Préparation, une paille, et on boit directement le lait dans le fruit. Là aussi, il faudra revenir, même si c’est loin. Juste après la préparation les notables du village qui ont été présents tout au long de notre visite nous remercient chaleureusement et nous invitent à partager le repas dans la cahute du maire, en présence du Shaman, des profs, et de quelques autres. Repas traditionnel et local, avec nouilles de riz, papaye ramassée à la foufourche, riz vapeur, un mélange poulet / jus de bananier ( ??? là tout est bizarre : le jus provient du tronc du bananier, le poulet est comme broyé : ç’est comme dans les poissons, faut enlever les morceaux durs), omelette super bonne, et une ou deux sauces qui arrachent la bouche.Moment de partage et d’échange culturel très sympa (et vous le riz, vous le préparez comment ?), pour l’année prochaine, ils proposent un atelier cuisine pour adapter le repas aux goûts de chacun (mais nous, on a beaucoup aimé comme ça !).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour via pirogue, bises d’adieu à la famille de Mr Noy (au fait Noy, c’est son surnom, ça veut dire « gafet », le petit dernier), re 3,5 heures de trajet retour et arrivée à Paksé vers 17h après avoir fait un dernier passage chez les grossistes pour récupérer le matos manquant. Ah oui, on n’avait pas les cerceaux, une partie n’ayant pas encore été reçue, donc pour ces 2 écoles, Mr Noy les amènera en avril, à son prochain passage là-bas.

C’était la meilleure journée pour nous depuis le début, avec la découverte du Laos profond, loin du tumulte et de la pollution de Paksé, avec une relation plus poussée avec les locaux du fait de la présence de Noy, l’enfant du pays.

Bon, demain, on repasse rapidos aux écoles 3 et 4 sur la route pour compléments de distrib, puis on fait la 5 (190 élèves, la plus grosse) et la 7. Après ça, on méritera un bon gros wkd !

Bises de la Dels Family.

DELERIDISTRI JOUR 2

Matin (mercredi pour ceux qui suivent).

Lever 7h30, dur pour un peu tout le monde, seule Chloé a bien dormi, car trop trop chaud cette nuit. Ptit dej en face au Vida (sorte de starbucks sympa Laotien), on prend 4 micro pizzas pour le midi, et on trace chez Lactasoy pour récupérer les cerceaux et le lait. Puis direction Road 13 qui drive nos journées depuis hier.

On s’arrête à l’école N°2 faite la veille pour poser les cerceaux et le lait, puis direction école N° 3, 154 élèves annoncés. Petite surprise, ils sont 155 en primaire, et il y a une section secondaire de 100 élèves supplémentaires…Nous décidons donc de distribuer les fournitures seulement aux primaires, et le lait seulement aux secondaires. L’école est un peu plus « moderne » que la moyenne : un PC, imprimante je crois et rétro proj. Il nous manque des gommes (erreur de préparation, Mathilde ?!?), et nous oublions de demander s’il y a des absents. => on repasse viteuf vendredi matin, c’est sur la route !!!

Début d’aprem, école N°6, école très sommaire, du genre avec les vaches, poulets, et chiens errants qui se baladent un peu partout. Et des gamins aussi. Plein, même des qui se rajoutent à la queue au fil du temps, mais impossible de faire la part des choses entre les officiels et les intermittents du spectacle (non, on n’a rien contre les intermittents Ingrid )). Nous sommes arrivés à la pause de midi, avons préparé les affaires à distribuer, et avons joué au foot (ballon Thai en plastique dur, eux pieds nus, moi avec mes crampons de 18), je sais pas comment ils font pour pas se casser 3 orteils par jour. Chacun. Bref on a distribué plus de 100 élèves (ou pas), au bout d’un moment on a arrêté de compter, et prélevé du matos sur ce qu’on avait préparé pour l’école suivante, la 4, pour ne pas avoir à revenir. Sur le retour, on s’arrête à la 4 (on y était passé à l’aller pour les prévenir, ils nous attendaient).

44 élèves dont 7 petits. Ecole TRES sommaire, comme la 6, en plus petit. Distribution partielle, il manquait 12 éleves, et nous il nous manquait 18 sets à distribuer. On prépare le manquant ce soir, et on fait un complément de distrib rapide vendredi matin en passant.

Normalement, c’était notre plus grosse journée. Ça tombe bien parce qu’on tiendra pas ce rythme longtemps )). Pour les missions à suivre : 3 écoles / jour, jouable 2 ou 3 fois dans la semaine, mais avec une préparation top la veille qui nécessite de maîtriser le nombre d’élèves, leur niveau, les heures d’ouverture des écoles, et leur emplacement. Le soir en rentrant, il faut préparer le lendemain…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sentiment global : très grande gentillesse des gens, petits comme adultes, et gamins déjà bien sensibilisés à l’usage des poubelles, avant notre passage. Les cours des écoles sont largement plus clean (incomparable) que les bords de routes. La couche rajoutée lors de cette mission est utile, le power point est un peu choc (des images) et semble les interpeller. Mr Pon joue excellemment son rôle de présentation, et capte l’attention des enfants, les profs participent activement. Allez, on vous laisse, on a 2 écoles à préparer pour demain, lever à 5h45, direction la région des 4000 iles.

PS (de Nancy et Mathilde) : Laurent est un psychopathe des couleurs des cahiers, dans un soucis abusif d’égalité entre les élèves PS2 (Laurent) :censure du président!!!!!!!!!!!!!!

Bises de la Dels Family.

La déléridistri: 1ere journée

LUNDI:

Après une nuit TRES chaude et moustiquée, nous avons pris contact avec les fournisseurs de matériel, et passé les commandes (pour 19 millions quand même…), en compagnie de « Mr Pon » (pas sûr de l’orthographe), en rouge sur les photos.
La quasi totalité du matos était reçu dans l’apres midi, mais nous avons du attendre l’arrivée des fonds le lendemain pour aller tout récupérer.
1er Magasin (« Lactasoy » sur la devanture): personnel (gérante et son adjointe) trés trés sympa, avenants, nous ont offert bouteilles d’eau, gâteaux, et 600 petites briques de lait à distribuer aux enfants (à remercier officiellement Philou, il y a une photo avec l’adresse mail de Soan)
Après on s’est baladé dans la chaleur humide de ce début d’été austral…et poétique….et moustiques…et nostalgique Monique

Ce diaporama nécessite JavaScript.

MARDI:
1ere journée de boulot 🙂
Lever tôt, ptit dèj rapide, et tour des popottes:
– Retrait du brouzouf au guichet western union du coin de la rue. Nana pas cool, pas souriante, pas marrante, pas rapide….bref, PAS.
– Retour chez Lactasoy pour tout récupérer (ou presque, manquent les cerceaux => demain matin normalement): excellent accueil, comme la veille, voir photos. Pick up full, juste ce qui fallait. Soan voulait garder Chloé prétextant qu’il faisait trop chaud pour l’amener dans la pampa…mais on n’est pas dupes!
– Vidage du pickup à la guest house, on laisse les filles pour commencer à trier le matériel destiné aux deux premières écoles (la 2 et la 3 ) et on repart vers le…
–  2e magasin (fournitures pour profs, bigmama): bon…moins cool, là on sent l’esprit business is business, mais ça a roulé aussi.
Repas rapide à la boulange, juste à côté: bonne ambiance, que des français, arnaque côté prix, que des français. ..j’avais déjà dit? ah bon..
Puis direction l’école N°2. La route est assez fun, on a failli mourir une fois ou deux, même à 35 à l’heure.
Arrivée à l’école vers 14h…j’en rajoute pas au risque (à la certitude) de répéter les mots de tous les bénévoles précédents, les photos parlent d’elles même je pense. Seules nouveautés:
– Chloé qui a animé la curiosité de ses homologues
– Une petite sensibilisation sur l’environnement à travers les BD et un power point sur les méfaits du plastique pour les océans (mais bon, c’est mal barré, Paksé est maintenant une véritable décharge à ciel ouvert, et ça ne semble inquiéter personne vu que le ramassage des poubelles n’est semble  pas organisé, dans un pays en plein développement auquel les pays déjà développés (au sens commun) refourguent quantités croissantes de merdes en plastique + emballages qui finissent au bord des routes, dans les rivières et les champs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour au guesthouse: tri du matos pour 3 écoles (3, 4, 6) en objectif pour mercredi.
Pour l’instant, sur 8 contacts téléphoniques des écoles 2, 3, 4, et 6…seul 1 a fonctionné
Donc demain, on y va en aveugles…grosse journée…
à suivre……
et en attendant ça swingue au Laos:

MISSION 9 le Délérivoyage!

Bonjour, bonjour

Ils sont arrivés!!!!!!!!!! A un poil de cheveux de Laurent, ils ont attrapé le long courrier pour Bangkok.

Les voici à Paksé au Laos après une nuit bien méritée à Ubon Ratchathani en Thaïlande.

La mission N°9 C Laos débutera lundi avec les préparatifs et les commandes des fournitures scolaires.

Bisous les Laotiens, bonne nuit!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Mission 8, Un grand merci, kopjay lalaï

La mission 8 est donc terminée. Elle s’est déroulée facilement, balayant sur son passage toutes craintes.

Nous remercions Florence et Yannick pour leur engagement et leur efficacité sur le terrain. Ils sont aussi, les réalisateurs des vidéos qui suivent.

Nous remercions chaleureusement Monsieur Phet et Monsieur Noy de nous avoir accompagné tout au long de la mission avec joie et Bienveillance.

Enfin Merci à Dam et Kho de nous avoir présenté Emmy et de leur aide plus particulièrement sur l’ile Don Daeng.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Maintenant, quelques vidéos en cliquant sur chaque lien!!!
C comme coulisses de la mission
A comme aventure
H comme Hula hoop
I comme intensité
E comme échanges
R comme rires
S comme « Sabaidee »
peut-être une affaire à suivre ??????????????????????????????????,

2 ème acte,

Lundi , c’est repartit, les écoles sont éloignées de la route 13, c’est la grande aventure! Première étape à Khonnoy km 41.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous poursuivons l’aventure sur l’île de Don Daeng. Le matériel est acheminé par voie fluviale puis, en toc-toc, nous rejoignons l’école où nous sommes accueillis par un délicieux repas.

C’est avec émotions que nous retrouvons des visages d’il y a deux ans!

Après la distribution c’est l’heure de folie!!! Monsieur Noy est un animateur de première et organise jeux sur jeux, ça décoiffe!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mardi, nous empruntons à nouveaux les chemins de traverse pour nous rendre à Ban Pak Tuay Km 38. Là encore, l’accueil est des plus chaleureux et la rigolade est de mise! Le chef du village nous interroge une éventuelle participation de C.Laos dans la construction d’un nouveau bâtiment en béton. Nous prenons  note de la requête et des informations sans nous avancer!  L’institutrice nous présente quatre garçons dont la situation familiale est difficile.C. Laos fait dont pour eux d’un peu plus de matériel. Yannick et Florence décident d’offrir à ces enfants des uniformes et des livres. Nous y retournons tous ensemble à mobylette le lendemain, bien plus chargés que prévu car Sommaii, a fait don de vêtements et de couvertures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous poursuivons vers Tomota km 40, nous retrouvons là encore des trombines tout sourire. L’école est aidée par d’autres associations, mais la situation des enfants du village est restée précaire dans l’ensemble. Une danse de bienvenue et un somptueux repas nous sont offert.

 

MISSION 8, 1er ACTE

Bonjour, bonjour,

Après avoir récupéré l’équivalent de 2900 euros à la banque, et repris contact avec nos fournisseurs préférés, c’est le moment de compter :

Nous faisons l’achat de quelques 5000 cahiers, des règles, gommes, crayons, stylos, crayons de couleur, fournitures pour les professeurs et jeux : 120 ballons et 100 cerceaux

Madame Somaii (Madame Lactasoy), nous charge la voiture en lait de soja et en gateaux non pas pour le ventre de Yannick, mais pour les quelques 1000 enfants répartis dans 10 écoles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec cette nouvelle organisation, la mission nous coûte finalement à peine plus cher que les précédentes, grâce à la générosité des Laotiens rencontrés sur place.

Mercredi et jeudi, c’est au rythme de 2 écoles par jour que se déroule la 8eme mission de C Laos:

Mercredi Ecole Km 24 et 34

Heureuse surprise, Km 24, l’école en bois « qui ne tenait guère que par un grand mystère et deux piquets tout droit » a été reconstruite par financement du gouvernement quelques mètres plus loin.

AVANT                                                                                                                 APRES

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jeudi Ecole Km 36 et Km 41

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vendredi Ecoles Km 40 (Ecole des Femmes Instites qui réclament systématiquement Sophie, membre fondatrice de l’asso), puis Ecole Km 44

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour clôturer cette belle journée , nous rendons visite aux Sœurs de la charité de Sainte Jeanne Antide. Elles accueillent la journée des enfants de maternelle pour leur éviter l’errance et en fin d’après midi, des enfants plus grands, soit orphelins, soit de trop pour leur famille. Nous aurons l’occasion d’en parler lors de notre AG au printemps 2018!!!

Ces trois premiers jours ont été remplis de joie, de jeux, de sourires et nous ont aussi fatigués! Un week end à Champassak, au calme nous redonnera l’énergie nécessaire pour les deux jours de distribution à venir.

Vous pouvez aussi lire le blog de knackisback.blogspot.com où Florence relate avec sa verve légendaire chaque journée de distribution.