le Deliweekend et la Déléridistrib 5eme jours

On a passé le wkd sur le plateau des Bolaven, une nuit dans un guesthouse très nature à Tad Lô un petit repère babacool, avec comme d’hab un max de Frenchies. En fait on a retrouvé plusieurs personnes déjà croisées à l’apéro, et à Paksé, et on s’est plus ou moins suivi dans la visite du coin pendant les deux jours. Tad Lô, c’est super sympa, un petit village blotti contre une série de chutes d’eau pas énormes mais très belles. C’est juste devenu crade comme partout ailleurs. Dimanche, certaines familles qui étaient venues pique niquer avec le set complet de vaisselle de table et autres accessoires plastiques, ont tout laissé sur place en partant, à un mètre du cours d’eau. Classe. C’est con, je venais de ramasser à peu près l’équivalent (c’est pratique, on trouve sur place les déchets et les poches plastique pour les ramasser) lors de notre ballade autour des chutes pour le mettre à la poubelle. 0-0 entre le Dels et la famille Laotienne…c’est la rivière qui sort perdante. Après on a vu un gros carton sur la route du retour, un scoot contre un pickup, de face, 1-0 pour Toyota, mais franchement si vous y allez, interdisez vous le 2 roues. Leur conduite, c’est sans règle artificielle (humaine), sans complément ajouté, tout se passe de façon très fluide selon une loi naturelle qui reste à étudier je pense : ils ne changent jamais de vitesse (ni de rapport : ils sont capables de rouler à 20km en 4e),

ce qui fait que par exemple : si A va plus vite que B, alors A est amené à doubler B Si pendant ce temps B rattrape C, alors il le double aussi. Donc A se décale un peu plus pour continuer à doubler (par contre, à aucun moment, il ne va freiner)Le pb, c’est qu’en fasse D (disons un pick up) se décale pour contourner E (disons une vache qui broute le goudron, parce que l’herbe est cramée à côté)Pour ceux qui ont suivi, c’est là que survient le drame (juste à la sortie d’un virage, petite référence musicale française du début des années 80) : D et A se retrouvent face à face. Avec un peu de chance, A se décaler encore un peu plus, et y a de la vache à manger pour tout le monde ce soir. Sinon…

Bref, ça craint vraiment. Ici c’est plusieurs accidents par jour, plusieurs morts par semaine. Mais c’est pas grave, apparemment ça ne semble pas choquer grand monde. Des familles de 5 sans casque sur un seul scooter…On est donc rentrés sains et saufs, après avoir vu 4 ou 5 cascades (d’eau cette fois) toutes plus belles les unes que les autres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En arrivant sur Paksé, énorme surprise, un truc de dingue : Une horde d’éboueurs en furie a nettoyé la rue principale et quelques autres avec une efficacité incroyable. On est passé samedi matin d’un état de quasi décharge à une ville (partiellement) très propre. Hallucinant. Un côté très positif (le fait qu’il y ait une conscience de la pollution extrême de la ville, et qu’ils s’y attaquent parfois de façon très efficace), un autre assez frustrant pour moi : le fait qu’ils ne soient pas capables de prévenir ça, de juste mettre leurs déchets dans des poubelles fermées, pour vivre dans un endroit propre et pas avoir à passer les wkds à le nettoyer. Arrivés au guesthouse, bilan du matos restant, préparation des deux écoles de lundi, liste du reste à acheter pour la dernière école, la N°1 laissée en suspens.

Lundi matin : Rdv 8h30 au guesthouse pour charger le pickup, direction l’école 10 sur l’ile Dong Daeng, chez Mrs Dam qui doit nous organiser le trip et venir avec nous. Malheureusement, coup de fil de dernière minute, elle a passé une partie de la nuit à l’hôpital avec sa fille, elle ne nous accompagne finalement pas. Nous embarquons vers 11h sur une cata-pirogue (voir photos) avec le matos pour 90 enfants. C’est le frère de Mrs Dam qui nous prend en charge à partir de là.  Arrivés sur l’île, changement de monture, nous rechargeons sur un splendide motoculteur pour lequel une remorque sommaire a remplacé la charrue,  pour parcourir environ 2,5 km à la vitesse supersonique de 8km/h . Ensemble du trajet très sympa, pas mal de gens rencontrés, des petits et des grands qui nous aident à décharger, recharger, redécharger, rerecharger, etc..

Arrivée à l’école vers 12h, et comme d’hab dans un pareil cas, nous partageons le repas des profs. Menu assez classique, à base de papaille en salade (muy spicy), bouillon de poulet, riz collant, et des sortes de petits poids ou haricots en grains je sais pas. L’école est très sommaire, du niveau des N° 4, 6 ou de celle du village de M. Noy aux 4000 iles. Distribution en début d’aprem, classique, devant un petit commerce ambulant de friandises et conneries en plastiques pour les gamins (WTF ?!? sur cette ile perdue ???). Trajet retour identique, nous repartons vers l’école 9 au km 44, avec un bref arrêt à l’école 7 pour complément de distribution aux absents lors de notre passage de vendredi dernier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’école 9 est de taille moyenne, 77 élèves en tout, pas pu prévenir avant d’arriver, nouveau N° de tel (comme dans la quasi-totalité des écoles traversées). Elles (3 profs) nous accueillent volontiers alors qu’elles sont en pleine classe. Les enfants sont très très (un très de plus que pour les autres) disciplinés et reconnaissants ici. 100% de kop chaï, des regards très profonds, un sentiment un peu plus fort que les 2 ou 3 dernières écoles. La distribution est assez rapide, et nous partageons ensuite un moment de jeux, où Mathilde s’aperçoit vite qu’elle a une bonne 10aine de divisions d’écart par rapport aux performeuses locales. Va falloir s’entrainer…Nous partons sous de très (très) chaleureuses et touchantes acclamations. C’est l’avant dernière école  que nous quittons, je commence à redouter la dernière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce soir, dernier point sur le reste matos et budget, puis discussion avec Marion pour voir ce qu’on peut faire au niveau de l’école des bonnes sœurs de paksé avec ce qui nous reste. Je ne sais plus si j’ai déjà présenté Marion, mais c’est une bénévole, infirmière de formation, 24 ans je crois, qui est là depuis 3 mois et pour encore 6 ou 7. Elle intervient pour une asso française qui parraine de enfants en difficulté (un parrain finance un ou plusieurs enfants, elle fait le relais opérationnel sur place).

Demain : matin école 1 après un rapide passage au shop pour achat des derniers cahiers…..et fin de la distribution ! Il nous restera 2 jours sur place, avec une visite du temple Wat Phou, et le reste du temps pour récupérer et rencontrer des village people. Un énorme merci à C-Laos pour nous avoir fait confiance et donné l’opportunité de cette expérience, qui nous aura marqué à jamais, chacun de nous 4.

Bises de la Dels Family.

Laissez-nous un message

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s